AUVERGNE-RHôNE-ALPES
Siège : 59, rue de Saint Cyr | 69338 Lyon cedex 9 | Tél : 04 72 85 06 66 | E-mail : capeb@capeb-auvergnerhonealpes.fr
Accueil / Actualités / La CAPEB lance sa campagne "stop à la…
/ Je suis perdu !
13 mars 2018

La CAPEB lance sa campagne "stop à la concurrence déloyale et à la fraude au travail détaché"

Alors que la reprise économique commence à se faire ressentir dans l’activité des entreprises artisanales du Bâtiment, la CAPEB est plus que jamais mobilisée pour lutter contre toutes les formes de concurrence déloyale. En Auvergne-Rhône-Alpes, elle lance son opération « stop à la concurrence déloyale et à la fraude au travail détaché » avec le soutien de la Direction Régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE)
facebook-header-fraude

Fin janvier, l’ensemble des entreprises adhérentes des CAPEB d’Auvergne-Rhône-Alpes ont reçu un courrier cosigné par les Présidents de la CAPEB régionale et départementales, les sensibilisant sur la problématique du travail détaché et les risques encourus en cas de fraude. L’objectif de la CAPEB étant de les mobiliser et de les inciter à agir pour signaler toute situation qui leur paraîtrait suspecte.

Selon les derniers chiffres de la Direction générale du travail, Auvergne-Rhône-Alpes est la 3ème région la plus concernée par le travail détaché, près de 14 000 salariés détachés dans le secteur du Bâtiment (68 000 tous secteurs confondus). Or, le recours abusif à ce type de contrat génère un vrai dumping social pour les entreprises artisanales du Bâtiment sur l’ensemble du territoire (villes et territoires ruraux). Il contribue à freiner la reprise de l’activité du secteur et à détruire des emplois locaux durables. A terme, c’est toute l’économie de proximité et l’image des métiers de l’artisanat qui sont en danger.

En incitant ses adhérents à se mobiliser, elle souhaite mettre fin aux pratiques de certaines entreprises peu scrupuleuses, souvent issues de grands groupes, qui n’hésitent pas à exploiter des salariés à bas-prix, au mépris de leurs conditions sociales et de la sécurité sur les chantiers.